Le ratio des PNP des banques influence les pratiques de prêt.

Pourquoi certaines banques durcissent-elles les conditions des prêts aux entreprises, alors que d'autres assouplissent leurs critères? Et pourquoi les petites entreprises se plaignent-elles de taux d'intérêt plus élevés que les grandes entreprises? Un coup d'œil sur les stocks de PNP (prêts non performants) des banques permet de fournir des réponses.

According to a survey by the ECB, banks are softening the guidelines for granting loans. However, not all banks are participating. Especially banks with a high stock of NPLs have tightened their conditions.

De nombreuses entreprises se sont réjouies de l'assouplissement des critères d'octroi des prêts. Selon une enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE), au second semestre 2018, les banques de la zone euro ont assoupli leurs directives et critères internes en matière de crédit. Au troisième trimestre, la valeur calculée par la BCE et relative à la politique d’octroi des prêts des banques a augmenté de six points et d'un point supplémentaire au quatrième trimestre.

Mais toutes les banques ne participent pas à cet assouplissement, qui profite en particulier aux petites et moyennes entreprises (PME). Les banques avec un niveau élevé de prêts non performants (PNP) ont resserré leurs conditions pour les prêts aux entreprises et les prêts immobiliers - et elles s'attendent à ce que cette tendance s'étende aux prêts personnels au cours du premier semestre 2019.

Les prêts non performants de la zone euro dans la ligne de mire de la Banque centrale européenne.

Depuis la crise financière, la Banque centrale européenne surveille de près les prêts non performants et souhaite inciter les banques à vendre ces «créances douteuses». Derrière cela, il y a aussi l'inquiétude suscitée par la situation économique quand il devient plus difficile pour les PME d'accéder au crédit.

«Lorsque nous parlons d'économie réelle, d'emploi et de croissance, nous parlons surtout des petites et moyennes entreprises», a déclaré Danièle Nouy en juillet 2018 alors qu’elle était responsable du mécanisme de surveillance unique des banques de la BCE (Single Supervisory Mechanism, SSM). «Et malheureusement, nous avons pu constater qu’en période de crise les PME sont plus vulnérables aux changements de l'environnement commercial que les grandes entreprises.»
 
Selon Nouy, 99,8% des entreprises de l'UE sont des PME et celles-ci représentent 60% de la création de richesses de l'espace économique. Mais elles ont plus de mal à traiter avec les banques, car contrairement aux sociétés cotées en bourse, elles ne publient pas de rapports financiers réguliers. Il est donc plus difficile pour les banques d'évaluer les risques de crédit. Résultat: des conditions d'octroi de prêt plus strictes et des taux d'intérêt plus élevés.

Especially for small and medium-sized enterprises, banks with high NPL portfolios set interest rates high.

La part des prêts non performants influe sur les taux d'intérêt, en particulier pour les petites entreprises.

Les PME sont souvent dépendantes d'une « banque maison », explique Mme Nouy : "Une fois qu'une PME a réussi à établir une bonne relation avec une banque, il est très coûteux pour elle de changer d’établissement. Les PME sont structurellement désavantagées précisément en raison de cette dépendance.
 
C’est ce que l’on observe en période de conjoncture favorable. Dans une enquête menée par la BCE auprès des entreprises entre avril et octobre 2018, 8% des micro-entreprises et 2% des petites entreprises ont fait état d'une hausse des charges liées aux intérêts des prêts. Pour les grandes entreprises, la situation sur le marché du crédit a été sensiblement différente au cours de la même période, 3% des grands groupes interrogés et 3% des plus grandes PME ont signalé une nouvelle baisse des taux d'intérêt.
 
C’est ce que l’on observe également en période de conjoncture défavorable. En août 2007, deux économistes de la BCE ont déclaré dans un document de travail de la BCE que les PME avaient particulièrement souffert de la hausse des taux d'intérêt entre 2007 et 2015. La prime d'intérêt pour les PME, appelée small-firm financing premium (prime au financement des petites entreprises), était, dans certains cas, plus de deux fois plus élevée qu’en période de conjoncture favorable. Cela s'explique par l'instabilité des bilans bancaires et par le pouvoir de marché des «banques maison» vis-à-vis des PME clientes: Les banques ayant un volume de PNP élevé fixent des taux d'intérêt élevés, en particulier pour les prêts aux PME.  
 
«Lorsque les banques traversent une période difficile et doivent compenser leurs pertes à un moment ou à un autre, elles se tournent vers ceux qui ne peuvent pas facilement changer d’établissement bancaire», a déclaré Mme Nouy. Il s'agit notamment des « emprunteurs dépendants», c’est donc le cas de nombreuses PME. C'est une autre raison pour laquelle la BCE est déterminée à exhorter les banques européennes à réduire les charges héritées des PNP.

Photo Credit: Helloquence/Unsplash, Jan Philipp Thiele/Unsplash, rawpixel/Unsplash

Partager

Imprimer